Page:Revue des Deux Mondes - 1885 - tome 68.djvu/437

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


bonne, mais l’éloignement des autres colonies est considérable, et une trop grande partie des terres sont désertes et infertiles. C’est pourquoi la colonie reste stationnaire et sa population a même une tendance à diminuer, de même que son bétail, au moins pour les bœufs. Il est probable cependant qu’elle deviendra peu à peu, quand elle sera assez peuplée et qu’elle aura pris rang dans l’industrie et le commerce, une colonie autonome comme ses aînées, et c’est ainsi que les territoires de l’Union américaine deviennent à leur tour des états à mesure qu’ils se peuplent et grandissent.

La Tasmanie. — C’est en 1642 que le Hollandais Tasman découvrit l’île au sud de l’Australie et lui donna le nom de terre de Van-Diemen. Cette terre resta plus d’un siècle sans être visitée par aucun Européen. En 1777, le capitaine Cook, et, en 1792, d’Entrecasteaux y abordèrent. En 1798, Bass, envoyé de Sydney, découvrit le détroit qui porte son nom et démontra ainsi le premier que cette terre était une île. En 1802, le commandant français Baudin visitait également ce pays. Enfin, en 1803, au retour d’un second voyage de Bass, le gouverneur de la Nouvelle-Galles du Sud se décidait à fonder là un établissement pénitentiaire, d’autant plus que le bruit se répandait que les Français étaient prêts à occuper cette île. Les droits du roi d’Angleterre furent solennellement proclamés, le lieutenant Bowen arriva avec un détachement de soldats et seize convicts, hommes et femmes. Les naturels attaquèrent les colons, les soldats en tuèrent une trentaine. La même année, le colonel Collins, ayant jeté l’ancre à Port-Phillip, en Australie, avec 400 convicts, et, n’ayant pas trouvé l’endroit favorable, passait en Tasmanie. L’établissement qu’il fonda dans le Sud, sur la rive droite de la rivière Derwent, à l’embouchure, reçut le nom d’Hobart-Town, en l’honneur de lord Hobart, secrétaire d’état des colonies. Cette ville est aujourd’hui la capitale de la Tasmanie, connue sous le nom abréviatif d’Hobart. En 1804, un autre établissement pénitentiaire fut fondé à Port-Dalrymple, dans le Nord, à l’embouchure de la rivière Tamar. En 1813, ce port fut ouvert au commerce.

Dès cette époque, les colons libres cultivaient le blé ; mais des rôdeurs de bois ou bushrangers, qui n’étaient autres que des convicts échappes, faisant cause commune avec les aborigènes, occasionnaient de grands désordres. En 1821, on comptait 7, o00 habitons, possédant 180,000 moutons, 35,000 bœufs et 6,000 chevaux. Une étendue de 6,000 hectares était déjà cultivée, et l’on exportait à Sydney 7,000 hectolitres de blé.

En 1824, le pays demandait à être séparé de la Nouvelle-Galles du Sud et recevait sa première constitution en 1829. Les convicts