Page:Revue des Deux Mondes - 1886 - tome 74.djvu/654

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


toujours le sien, entre autres le Socialiste chrétien (Christian Socialist) qui aspire à diriger les forces souvent aveugles des masses poussées par le désir bien compréhensible d’améliorer leur condition [1]. Le Socialiste chrétien donna un compte rendu détaillé du premier meeting tenu à Londres pour souhaiter la bienvenue au conférencier américain.

M. George ne fit, dans les nombreux discours qu’il fut appelé à prononcer, que reprendre et expliquer ses doctrines bien connues, mais dans plusieurs occasions il termina ses conférences en invitant ses auditeurs à acclamer le principe de la confiscation pure et simple du sol, sans indemnisation. Il s’occupa aussi d’étendre partout où il y avait quelque chose à faire sous ce rapport le réseau des associations pour la réforme agraire. Il se fit entendre, entre autres villes, à Plymouth, à Cardiff, à Birmingham, à Liverpool ; ensuite, passant la frontière de l’Ecosse, à Glasgow, à Edimbourg, à Aberdeen ; après quoi rentrant de nouveau en Angleterre, à Cambridge, la célèbre ville universitaire, où son éloquence fut plus goûtée que ses idées, à Hull, la patrie de William Wilberforce, le grand philanthrope, le grand avocat de l’affranchissement des esclaves, dont la statue excita fort son admiration, car c’était, dit-il, le premier monument à lui connu dans le Royaume-Uni qui n’ait pas été élevé à un tueur d’hommes. Londres eut encore une seconde fois sa visite. En repartant pour sa patrie, M. George fit une dernière conférence à Dublin.

Cette campagne fut fructueuse pour le recrutement des associations socialistes. C’est ainsi qu’à Glasgow, dix-huit cents personnes, au dire des amis de M. George [2] s’enrôlèrent, à son passage et sous son influence, dans la ligue écossaise pour la restitution du sol. Partout l’orateur défendit sa thèse avec une incontestable habileté, mais, comme il pouvait bien s’y attendre, ses adversaires ne restèrent pas inactifs. Si, dans certains endroits, on lui faisait une véritable ovation qui se continuait après ses conférences dans des agapes fraternelles organisées en son honneur, dans d’autres, au contraire, on l’attendait pour ainsi dire l’arme au bras. Parfois les opposans avaient la salle pour eux, et, en plusieurs occasions, on

  1. Les rédacteurs de ce journal se rattachent à un mouvement auquel ont donné le branle deux ecclésiastiques d’une haute valeur intellectuelle et morale : Kingsley et Maurice, morts depuis quelques années. En se considérant comme des socialistes, ces deux nobles esprits désiraient protester contre les tendances d’un individualisme menant tout droit à l’isolement, et qui leur paraissait peu d’accord avec l’esprit humanitaire de la religion chrétienne. D’ailleurs, l’adjectif chrétien, ajouté au terme de socialiste, indiquait nettement la position qu’ils prenaient.
  2. Voir, en particulier, sur ce point et pour d’autres détails, Henry George, a biographical, anecdotal and critical Sketch, by Henry Rose ; London, William Reeves.