Page:Revue des Deux Mondes - 1889 - tome 96.djvu/791

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


parvenir. Dans ces conditions, les sculpteurs ne trouvaient ni juges, ni occasions d’exercer leur talent. Aussi la Hollande n’en a-t-elle produit qu’un très petit nombre. Artus Quellinus, qui travailla à Amsterdam, était originaire d’Anvers, et de Jansz Vinckenbrinck, sur lequel M. Franken a récemment publié une intéressante notice [1], à part sa chaire à prêcher de la Nieuwe Kerk (1620), on ne connaît guère que de petits ouvrages qui relèvent plutôt de l’ornementation que de la statuaire. Le plus en vue des sculpteurs hollandais, Hendrick de Keyser, est encore plus connu comme architecte. Ses Renommées du tombeau de Guillaume le Taciturne à Délit (1621) dénotent cependant une certaine entente du style décoratif. Quant à son Érasme de Rotterdam (1622), c’est la seule statue de lui où l’on puisse signaler un sentiment personnel. Cette fois, du moins, il a accepté franchement les élémens que lui fournissait la réalité, et il a su en tirer parti en représentant le sceptique érudit, avec ses traits fins et sa physionomie un peu narquoise, vêtu d’une robe de docteur, la barrette sur la tête et un livre à la main.

Les architectes n’étaient guère plus favorisés que les sculpteurs ; tandis que les modèles manquaient à ceux-ci, c’est la matière elle-même, la pierre et le bois, qui faisait défaut aux premiers. Aussi, en dehors des constructions privées, n’ont-ils rien produit de bien original. La plupart des églises ou des couvens qui avaient été élevés en Hollande au moyen âge ont, il est vrai, été ravagés ou détruits pendant la tourmente de 1566 ; mais ceux de ces monumens qui subsistent encore, comme la cathédrale d’Utrecht, celles de Gouda et de Rotterdam et Saint-Bavon de Harlem, ne sont guère remarquables que par leurs dimensions ; ils n’ont rien, en tout cas, de la légèreté ni de la richesse de décoration de certaines églises des Flandres. Au moment de la renaissance, les formes s’étaient modifiées et plusieurs édifices construits alors, telle que la halle des bouchers et l’hôtel de ville de Harlem, celui de Middelbourg, le palais des états à Hoorn et la maison du Poids à Deventer, sans être d’un style bien pur, présentent du moins de la diversité et quelque invention. La brique y tient généralement la plus grande place et les bandeaux, les moulures et les encadremens des baies sont seuls en pierre de taille. Plus tard, la construction de l’hôtel de ville d’Amsterdam devait montrer l’impuissance à laquelle était réduite l’architecture hollandaise. Quand cette construction fut décidée, les magistrats résolurent d’en faire un monument en rapport avec l’importance et la richesse de la cité. Les doctrines

  1. Oud-Holland ; 1887, p. 73.