Page:Revue des Deux Mondes - 1890 - tome 102.djvu/484

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


iiSO REVUE DES DEUX MONDES.

La rente espagnole, grâce aux disponibilités que la Banque d’Espagne a su se procurer au dehors, est restée tenue avec plus de fermeté que ne le comporterait la situation très précaire du Trésor. L’Italien a reculé au-dessous de 94 francs, puis s’est rapproché de ce niveau. Dans six ou sept semaines sera détaché un coupon de 2 fr. 17, et le prix se trouvera ainsi ramené au-dessous de 92. Le marché allemand a décidément refusé les nouveaux titres k pour 100 des chemins de fer. Le Trésor, très à court de ressources, s’est vu obligé d’écouler une nouvelle partie des rentes du fonds des pensions et d’offrir un intérêt de 5 pour 100 pour ses bons à un an.

Le 3 pour 100 portugais a été l’objet de rachats de spéculation qui l’ont tenu entre 58.50 et 59.50. Un emprunt est indispensable; mais il faut d’abord que le conflit avec l’Angleterre soit réglé ; des négociations nouvelles ont été ouvertes pour cet objet, et la détresse financière obligera le cabinet de Lisbonne à capituler.

Le Hongrois et l’Unifiée ont été tenus à leurs cours du mois dernier. Un commencement de reprise s’est dessiné sur les valeurs turques. Le gouvernement argentin a envoyé à Londres un délégué chargé de négocier avec la maison Baring et d’autres grandes banques de Londres des arrangemens qui permettent à la fois aux créanciers européens de voir s’améliorer la valeur de leurs créances et aux gouvernans à Buenos-Ayres de contracter un nouvel emprunt.

Les États-Unis du Brésil lancent une première opération financière en France. Il s’agit de 50,000 obligations 5 pour 100 de 500 francs d’une compagnie des chemins de fer Sud-Ouest brésiliens, qui a obtenu la concession d’un réseau dans les provinces situées entre Riode-Janeiro et l’Uruguay. Les titres, dotés d’une garantie de l’État pendant trente ans, sont offerts à 426.25. C’est le Comptoir national d’escompte et la Société générale qui ouvrent leurs guichets à cette émission.

La Banque de Paris, la Banque d’escompte et le Crédit lyonnais ont très vivement monté à 880, 582.50 et 815. Les actions de cette dernière société vont être réduites en nombre et complètement libérées à l’aide d’un prélèvement sur les réserves. Les actions de nos grandes compagnies de chemins de fer sont tenues au plus haut, celles des compagnies étrangères, Autrichiens, Lombards et Nord de l’Espagne, ont été offertes et se cotent en réaction. Le Gaz est tenu à 1,470, dans l’attente de la décision du conseil municipal. Le Suez et la plupart des grandes valeurs industrielles ont été très recherchés. Le directeur-gérant : ùi. Buloz.