Page:Revue des Deux Mondes - 1890 - tome 102.djvu/845

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


place. A Fontainebleau, le chancelier Séguier s’en alla mettre les scellés à la surintendance, après quoi il fit un jeu de mots qui eut, paraît-il, du succès à l’Académie : « Foucquet voulait les sceaux, il les a. » A Paris, dans l’hôtel de la rue Croix-des-Petits-Champs, on ne trouva rien à mettre sous le scel. On permit à la vénérable mère du surintendant d’y demeurer avec ses petits-enfans qui n’avaient plus d’autre asile. Leur mère était exilée à Limoges ; de leurs quatre oncles, l’évêque d’Agde était renvoyé dans son diocèse, l’archevêque de Narbonne relégué à Alençon, Gilles Foucquet à Ancenis ; l’abbé lui-même, l’ennemi, le dénonciateur, subit la disgrâce commune. Mme du Plessis-Bellière fut envoyée à Montbrison.

Dans Paris, gens du monde, gens de robe, financiers de haut et de bas étage s’agitaient et couraient aux nouvelles. Les hommes d’âge, les contemporains de Richelieu se rappelaient avoir vu, en l’an 1624, l’arrestation d’un surintendant des finances. C’était le marquis de La Vieuville ; mais ils se rappelaient aussi qu’après dix-huit mois de captivité, il s’était évadé du château d’Amboise, et, chose infiniment plus surprenante, qu’on l’avait revu, vingt-cinq ans plus tard, à la surintendance, à telles enseignes qu’il y avait été justement le prédécesseur de Foucquet, d’où celui-ci pouvait, ce semble, tirer un favorable augure. Il est vrai qu’aux nouvelles bientôt venues de Saint-Mandé cet heureux pronostic perdit tout à coup de sa valeur.

C’est à Saint-Mandé que Foucquet avait sa principale résidence et c’est là qu’était l’amas de ses papiers. La levée des premiers scellés avait été faite le 19 septembre ; les journées suivantes suffirent à peine à recueillir, sinon à inventorier les pièces innombrables qui se trouvaient, non-seulement dans le cabinet du surintendant, mais dans la bibliothèque et dans plusieurs chambres. La vérité est que les formalités judiciaires furent violées outrageusement. Colbert, qui n’était pas magistrat et qui néanmoins avait présidé aux recherches, avait mis la main sur des paquets de lettres qu’il s’était empressé de porter au roi. Ce sont ces lettres, lettres de femmes pour la plupart, qui, par le fait, n’ont été vues que de Louis XIV, d’Anne d’Autriche, de Le Tellier et de Colbert. Néanmoins il se fit tout de suite une légende de la « cassette amoureuse » et toutes les femmes plus ou moins en vue, à commencer par Mme de Sévigné, furent livrées en proie à la malignité publique. Ce fut un tel vacarme et un tel scandale que l’honnête Chapelain ne put se tenir de jeter l’anathème à celui qui avait fait recueil de papiers si compromettans ; et dans quels termes il exhala son courroux, c’est ce qu’il est littérairement intéressant de connaître. « Eh quoi ! s’écriait le chantre de la Pucelle, n’étoit-ce pas assez de