Page:Revue des Deux Mondes - 1891 - tome 108.djvu/483

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


respondait nécessairement à la perte de plusieurs unités sur les fonds étrangers les plus compromis.

Le tableau suivant permettra d’embrasser d’un coup d’œil l’étendue des pertes qu’inflige aux capitalistes européens ce qu’on peut appeler la crise des fonds d’États.


Liqnid. 16 octobre Liquid. 3 novembre Cours 12 novembre
Russe 4 pour 100, 1880 97.80 95. 93.
Consolidé russe 4 pour 100 96. 93. 90.85
Emprunt d’Orient 69.30 62.50 61.
Rouble à Berlin 212. 205. 197.50
Change Pétersbourg 260. 250. 243.
Russe nouv. 3 pour 100. émission. 79 3/4 77. 76.30
Extérieure 4 pour 100 68.50 68.80 63.
Billet de Cuba 5 pour 100 436.25 430. 420.
Portugais 3 pour 400 37.30 34. 31.
Hongrois 4 pour 100 91. 90.25 89.50
Italien 90.20 88. 88.50
Unifiée 490. 485. 472.50 (ex- 10 f.
Turc 17.75 17.40 17.20
Priorité ottomane 408.75 400. 403.75
Argentin 5 pour 100, 1886 300. 312.50 297.50
Brésilien 4 1/2 pour 100 73. 68. 56.
Id. 4 pour 100 68.50 62.50 49.50

En un mois, les deux 4 pour 100 or de Russie ont baissé d’environ cinq unités, l’emprunt d’Orient de huit, le Russe nouveau de 2.50. L’Extérieure a perdu 5.60, le Portugais 6.30. Ce sont là les grandes baisses intéressant le marché de Paris. La chute profonde des fonds brésiliens n’affecte directement, en effet, que les Anglais. L’Unifiée a reculé de 7.50, ce qui correspond à 1.50 pour 100, l’Italien de 1.70, le Hongrois de 1.50, le Turc de 55 centimes.

Le 13, ont été détachés des coupons de2 pour 100 sur le 4 pour 100 russe 1880 et de 1.50 or sur l’emprunt d’Orient. Ces deux titres restent respectivement à 90.25 et 59.30.

Les contractans de l’emprunt russe de 500 millions avaient eu le tort de fixer à un niveau trop élevé le prix offert pour la souscription publique. Même les progrès réalisés dans l’état financier de la Russie ne comportaient pas la création d’un 3 pour 100 à 79 ¾ ayant des chances de plus-value. Il était aisé de prévoir déjà les énormes sacrifices qu’imposerait au Trésor russe la nécessité de prévenir sur certains points de l’empire une horrible disette. Ces sacrifices devaient avoir leur répercussion sur le marché des fonds d’États. Une baisse sensible des 4 pour 100 or parvenus près du pair était un phénomène prévu et annoncé.

Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, qu’une baisse générale