Page:Revue des Deux Mondes - 1892 - tome 109.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LES
DUPOURQUET

MŒURS DE PROVINCE.

DEUXIÈME PARTIE[1].

XIX.

Les jeunes époux habitaient au Vignal à l’entière satisfaction de tous.

George en avait, dès le début, manifesté le désir, appréciant par-dessus tout le confort, la vie large, les appartemens clos, trois choses vainement cherchées dans sa gentilhommière en ruines, « son nid à chouettes, » disait-il dans l’intimité, lorsqu’il ne posait pas pour les ancêtres.

Les d’Escoublac avaient bien protesté, regrettant l’aisance tardive et d’autant plus appréciable qu’eût apportée chez eux la dot de Thérèse ; mais devant les généreuses promesses de leur fils, bien plus apte à leur venir en aide en restant au Vignal, ils s’étaient

  1. Voyez la Revue du 15 décembre.