Page:Revue des Deux Mondes - 1892 - tome 109.djvu/700

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


REVUE LITTERAIRE

BOSSUET HISTORIEN

Bossuet, historien du protestantisme, par M. Alfred Rébelliau, 1 vol. in-8°. Paris, 1891 ; Hachette.

L’Histoire des variations des églises protestantes, qui est assurément l’un des plus beaux ouvrages de Bossuet, — le plus beau, peut-être, et le plus accompli, — en est pourtant aussi l’un des moins lus. Cela n’empêche pas qu’on en parle. On s’étonne, par exemple, et on s’indigne au besoin, que « le sublime orateur des idées communes, » — c’est une expression de Sainte-Beuve ou de ce bel esprit de Charles de Rémusat, — ait conçu la pensée seulement de faire œuvre d’historien. On établit doctement qu’en sa qualité de catholique et d’évêque, ne pouvant rien comprendre à la Réforme, il eût mieux fait, plus sagement et plus prudemment, de s’en taire. On ajoute qu’entraîné par son goût naturel de la déclamation… « Cessez, princes et potentats… Ile pacifique, île mémorable… Venez, peuples, venez maintenant… » il n’a pu, sous le titre d’Histoire des variations, que fulminer un réquisitoire contre les protestans. On insinue, d’ailleurs, qu’impitoyable aux vaincus, complaisant aux puissans, créature du prince qui venait de révoquer l’édit de Nantes, il a sans doute su qu’en écrivant son livre, c’était un service qu’il rendait, de ceux qui font la fortune, mais qui déshonorent la mémoire d’un homme. Et, de toutes ces raisons, — dont il n’y en a pas une qui résiste à l’examen, mais qui ont toutes quelque chose de spécieux, — on conclut, sans le dire clairement, mais on conclut que,