Page:Revue des Deux Mondes - 1901 - tome 6.djvu/327

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Poèmes, le « Souvenir d’une vie intérieure [1], » où l’auteur réclame du ton le plus convaincu la sépulture des Parsis. On sait que ces descendans des Zoroastriens exposent leurs morts en un endroit désert, sur des « Tours du silence, » où ils sont dévorés par les vautours.

Quand nos yeux se fermeront, frère Parsi, compagnon de lumière, conduis-nous vers l’édifice sacré, la poitrine découverte, les membres dénudés. Vois, elle approche déjà avec des croassemens, l’épaisse armée des oiseaux, pour retourner bientôt planer sur la mer, la chair nourrie de notre chair, pour briller au soleil de couleurs plus éclatantes, grâce au sang de notre sang. Les frères du soleil abandonnent leur dépouille à de purs ( ? ) oiseaux, afin de recommencer dès le lendemain de leur trépas le pieux pèlerinage de la vie.

Wagner n’hésite pas davantage à faire passer l’âme animale tout entière dans le corps d’un homme, à la façon hindoue ou pythagoricienne. On ne lit pas sans surprise dans la Reddition des comptes [2] ces lignes précises :

Qu’arrivera-t-il de toi, si tu appartiens à l’engeance des meurtriers et des usuriers ? Peut-être l’en iras-tu sans aucune part dans le riche héritage de ton père ? Ton sort sera celui d’un mendiant, et le destin de ta postérité ne sera pas différent. Ta descendance, peu nombreuse d’ailleurs, devra finir ses jours dans la honte et dans la pauvreté. Et la souris qui, jadis, sera morte de faim dans ton piège, présentera peut-être quelque jour une aumône à tes petits-fils, sous une autre forme naturellement, car elle se verra plus riche qu’eux à ce moment.

C’est bien la métempsycose animiste dans toute son absurdité naïve, mais, il faut le reconnaître, elle n’apparaît qu’à titre d’exception sous la plume de Wagner. Il accepte plus volontiers et emploie fort heureusement comme thème poétique la migration de l’âme accompagnée d’un vague souvenir, telle que le philosophe grec l’éprouva devant les armes d’Euphorbe. Ecoutons cette aimable personnification des branches fleuries du ligustre, où passe comme un souffle de l’Anthologie [3] :

Dis-moi, arbuste au deux parfum lacté, qu’étais-tu donc jadis, alors que le Romain régnait sur les cantons de la Germanie ? J’étais servante chevrière, et fabricante de fromages exquis, dont j’offrais les meilleurs en hommage au dieu Pan. Il se souvint de moi avec quelque faveur, et me changea en

  1. Page 124.
  2. III, 39.
  3. Présens votifs, p. 101.