Page:Revue des Deux Mondes - 1901 - tome 6.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


moins fondées et de raisonnemens plus ou moins spécieux.

Le 1er janvier 1901. — Défaite sanglante des Anglais près de Lindley. La garde du corps de lord Kitchener entièrement prise, tuée ou blessée.

8 janvier. — Sutherland occupe par 1500 Boers armés.

11 janvier. — Défaite d’une division de cavalerie anglaise près de Murrayberg ; elle perd 27 hommes, y compris 3 officiers.

12 janvier. — Le général boer Beyers attaque avec 800 burghers armés la station de Haalfontein, entre Pretoria et Johannesburg. Les Boers armés arrivent à 10 kilomètres de Pretoria.

30 janvier. — Los Anglais, surpris près de Modderfontein, au sud de Krügersdorp, perdent 7 officiers, 220 hommes et un canon.

Le même jour, ils perdent beaucoup d’hommes à Tabaksberg.

29 mai. — Combat très vif à Vlakfontein. Les Anglais perdent plus de 175 hommes tués ou blessés.

16 août. — 50 éclaireurs du général French, cernés par une force boer très supérieure, sous Théron, sont forcés de se rendre.

On signale une force armée de 4 000 Boers sous le commandement du général Botha dans les environs de Nondwini en Transvaal.

Combat entre le commandant boer Kritzinger, près de Steynsburg (Colonie du Cap) et le colonel anglais Gorringe.

18 août. — Combat près de Bronkhorstspruit. Le capitaine anglais Moley grièvement blessé.

19 août. — Garratt surprend un camp des Boers près de Honingspruit-junction (Orange).

22 août. — 68 Anglais sont faits prisonniers par les Boers près de Ladybrand. 300 Boers passent la rivière Orange à Norvalspont et envahissent la Colonie du Cap.

Cela n’a pas tout à fait l’air d’un « ordre de choses équivalant à la paix ! » Mais, après le 15 septembre, nous trouverons mieux encore.

Ce jour-là, le 15 septembre, était, comme on l’a vu, la date fatale, fixée dans la fameuse proclamation de lord Kitchener du 6 août 1901, comme ternie final de soumission. Le bannissement et l’expropriation étaient le sort promis à ceux qui ne se seraient pas rendus.

La réponse des Boers fut éloquente, ironique, tranchante. C’était le Natal qui avait inspiré ces mesures de rigueur, comme, du reste, toute la proclamation. Pour toute réponse, le 16 septembre, les Boers, en nombre, font invasion dans le Natal ; le 19, ils sont à Upper-Tugola ; les jingoes du Natal tremblent de peur que les Boers ne se vengent ; tout le monde s’enfuit vers les villes, qu’on fortifie à la hâte ; le 18 septembre, lord Kitchener rapporte que toute une patrouille de la garde, sous le