Page:Revue des Deux Mondes - 1908 - tome 47.djvu/569

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


A Madame de Lessert, née Boy de la Tour, à Lyon.

A Paris, 13 août 1771.

Il n’y a point de joie pure en cette vie. Celle que m’a donnée votre lettre l’eût été, chère cousine, si le cruel accident de votre pauvre enfant ne l’eût empoisonnée [1]. Rien peut-être ne m’a fait mieux sentir la solidité de votre vertu que la manière simple dont vous m’avez narré ce malheur, à moi qui sais si bien à quel point votre cœur maternel en a été transpercé. Quelle différence de ce langage modéré d’une âme trop sensible qui sent sa faiblesse, qui la cache et voudrait la surmonter, à ces convulsions de comédiennes qu’affectent à tous propos ces femmes qui ne sentent rien ! Il est presque impossible qu’où est la vraie sensibilité ne soit aussi le vrai courage, puisque la même chaleur d’âme produit également l’un et l’autre. C’est là votre cachet, ma respectable amie, dans un siècle où tout est joué, surtout de la part des femmes ; vous seule suivez la nature soumise aux lois du devoir et de la raison. J’espère aussi que la Providence vous mesurera toujours les épreuves sur vos forces et vous donnera plus d’alarmes à vaincre que de malheurs à supporter. Je ne doute point, par votre lettre et celle de votre maman, que le pauvre enfant ne soit maintenant sur pied sans qu’il reste aucune trace de sa chute, les fractures se réunissant mieux et plus solidement à son âge que dans un âge plus avancé.

Mais je crains de cet accident un inconvénient plus durable, par les précautions dont vous allez entourer vos en fans, si vous ne faites attention que, quelque soin qu’on prenne, il est impossible de prévenir tout accident, et qu’il faudrait empêcher un enfant de marcher jamais si l’on voulait s’assurer qu’en tombant de sa hauteur il ne se cassera ni la jambe ni la cuisse. Puisque toutes vos précautions ne sauraient prévenir tous les accidens, exercez vos enfans à les supporter en leur donnant une bonne constitution, en les exposant sans crainte à l’air et à la fatigue. S’ils se blessent quelquefois, du moins ils n’en mourront pas ; plus délicatement élevés, ils éviteraient peu des mêmes atteintes, et ne les supporteraient pas si bien ; mais exposés à

  1. Un des enfans de Mme de Lessert s’était cassé la cuisse.