Page:Revue des Deux Mondes - 1909 - tome 51.djvu/422

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


décorative, à part les Faucheurs de M. Henri Martin, ne nous avait environnés d’une paix si magnifique. Les critiques de détail seraient faciles. Elles étaient si faciles devant les panneaux de Puvis de Chavannes ! C’est un effet du soir sur la Méditerranée, et pour tous ceux qui ont vécu, en France, devant la Méditerranée, il y a une subtile impression de gêne à sentir le soleil se coucher à gauche. Les figures sont des statues descendues des frises du Parthénon, déposées, là, parmi les lentisques et qui ne bougeront plus. Les lourds nimbus, qui traînent sur l’horizon leurs poches gonflées de grêle et ajoutent ainsi à la gravité de cette nature, sont des choses tellement lourdes qu’on n’imagine pas qu’elles puissent demeurer suspendues en l’air. Mais pourquoi s’y arrêter, quand l’ampleur des lignes, la vérité des plans, la justesse des valeurs, le mystère sacré des forêts impénétrables et des dieux disparus, font des œuvres de M. Ménard les pages les plus décoratives d’abord, et ensuite les plus évocatrices de l’antiquité que nous ayons vues jusqu’ici. Le vœu fameux, le vœu virgilien :

o qui me gelidis convallibus Haemi

Sistat, et ingenti ramorum protegat umbra !

est rempli. Nous sommes au pays de la beauté, de l’équilibre et du repos. Après cela, les questions de savoir si ce sont là, ou non, des « diptyques, » et s’il est permis d’appeler « antiques » des sites tirés de la forêt de Fontainebleau, nous paraissent les infiniment petits de la critique. D’ailleurs, un maître incontesté, tant en la philosophie de son art qu’en son art même, Théodore Rousseau, dès 1863, a répondu : « Mon cher Sensier, écrivait-il en revenant d’une promenade aux Monts Girard, voici une silhouette d’un endroit de la forêt de Fontainebleau que vous reconnaîtrez. Puisque vous êtes convaincu qu’il n’y a pas besoin d’aller en Grèce ou en Italie pour contempler l’image de la nature antique, je pense que le dessin vous fera plaisir ; je ne vous l’envoie du reste que pour appuyer d’un souvenir matériel notre conversation de l’autre jour. Il me semble à moi qu’Homère et Virgile n’auraient pas dédaigné de s’y asseoir, pour y rêver de leurs poésies, à la place où j’ai indiqué une figure… » M. René Ménard est bien cautionné.

On s’arrêtera, encore avenue d’Antin, devant l’admirable Enfant à la mouche de M. Muenier (salle XIV) et surtout les