Page:Revue des Deux Mondes - 1909 - tome 51.djvu/514

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


une guerre sans l’avis de son Conseil, et l’Impératrice n’exerçait aucune influence sur les membres qui le composaient, tous notoirement dévoués à la paix. Les projets de triple alliance n’avaient qu’un caractère préventif, en quelque sorte académique, et n’ont jamais revêtu une forme pratiquement exécutoire. Le voyage de l’archiduc Albert à Paris n’avait pu inquiéter sérieusement Bismarck, car il n’ignorait pas combien mince était son influence sur la marche politique des affaires. Eût-il attaché quelque importance aux velléités de Beust, qu’il ne prit jamais au sérieux, il était rassuré contre elles par son entente avec Andrassy et les Hongrois sans l’assentiment desquels aucune guerre n’était possible. Les dispositions de Victor-Emmanuel envers l’Empereur ne lui donnaient pas non plus d’ombrage. « L’alliance de l’Italie avec la France, disait-il d’après Hohenlohe, n’a pour le moment aucune valeur. Les Italiens ne marcheraient pas, même si Victor-Emmanuel, capable de tout pour de l’argent et des femmes, voulait conclure un traité. » En outre, il ne suffisait pas, pour qu’une campagne contre la Prusse fût entamée, d’une alliance conclue entre Paris, Vienne et Florence ; il en fallait une avec Munich et Stuttgart. Or, il n’existe nulle trace d’une négociation avec ces derniers Cabinets, car on n’ignorait pas que, si les ministres des Etats du Sud défendaient leurs Etats contre l’absorption prussienne, aucun d’eux n’eût consenti à tramer une agression contre leur puissant voisin.

Quant à l’argument que la guerre était inévitable et que dès lors il y avait intérêt à la brusquer, il est sans portée. Qui dispose assez de l’avenir pour déclarer qu’un événement est inévitable ? Que d’événemens déclarés inévitables ne se sont jamais produits ! Après les mariages espagnols, Palmerston déclarait inévitable une guerre avec la France, et l’on sait ce qu’il en a été. Le probable était, au contraire, que la consolidation du régime libéral aurait pour conséquence de faire tomber cette agitation créée par les anciens partis contre le développement unitaire de l’Allemagne. Je m’étais promis pour mon compte d’y travailler de toute ma force, et ainsi l’inévitable aurait été évité.


XI

Cette explication d’une offensive tactique nécessitée par nos menaces, quelque spécieuse qu’elle paraisse, n’explique ni ne