Page:Revue des Deux Mondes - 1910 - tome 58.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
JEANNE D’ARC[1]

IV[2]
L’ABANDON


IV

Si on délibérait, si on agissait autour de Charles VII, on délibérait et on agissait autour du Duc de Bourgogne. Ayant quitté Paris le 22 avril, après sa querelle avec le duc de Bedford, il regagne ses Etats et séjourne à Bruges (fin avril, début de mai). Il ne regrette pas son algarade avec le duc de Bedford au sujet du siège d’Orléans. Un contemporain écrit de Bruges : « Si on me le demandait en confidence, je crois que ce seigneur duc n’en ressent pas moins de plaisir que les autres. Et cela parce que c’est son intérêt que les Anglais qui sont puissans soient quelque peu battus et que, les autres les guerroyant, ils aillent en consumant[3]. »

Mais il commence à s’inquiéter de ce qui se passe à la Cour de Charles VII. Le fort et le faible lui est signalé par ses partisans. Ceux-ci se sentent débordés. La décision est prise : l’armée royale marche sur Reims. Le Roi ira se faire sacrer dans la cathédrale de Saint-Remy. Les « Bourguignons » du Conseil commencent à craindre pour eux-mêmes.

Le duc, malade à Hesdin, se voit visé directement. L’armée

  1. Copyright by Gabriel Hanotaux.
  2. Voyez la Revue des 15 mai, 1er et 15 juin.
  3. Morosini (III, 39).