Page:Revue des Deux Mondes - 1915 - tome 28.djvu/564

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’honneur sera pour les marsouins. Dans cette lettre, permettez-moi de vous appeler ma mère, puisque j’ai perdu la mienne à l’âge de six ans. Si je tombe, ma dernière pensée sera pour vous, et vous pourrez dire que votre fils a fait son devoir. Si je reviens, j’apprendrai votre nom à mes enfans comme je l’ai déjà appris à ma fiancée. »

L’air des hôpitaux de guerre est singulièrement tonique, quand on y a répandu tout un programme d’optimisme. Médecins et infirmières, bien pénétrés de leur devoir, de tout leur devoir, et qui ont ce qu’il faut pour le remplir, la vraie bonté, la douceur, la finesse de l’esprit, de la chaleur et de l’élan, sont de bons ouvriers dans la préparation morale de la victoire.


V

Tout action, l’optimisme vital est aussi tout instinct. Il se montre tel par des traits essentiels, qui le différencient nettement de l’intelligence, tout d’abord par son aptitude à l’improvisation. L’instinct est un grand improvisateur. Bien des gens en seront étonnés qui pensent exactement tout le contraire et que par exemple les mœurs des abeilles sont l’exécution d’un programme tracé à l’avance, sans variation possible. Menacée d’un danger nouveau, la ruche improvise sa défense. Quand la machine à faucher, jusqu’alors inconnue, fait tomber en un jour les fleurs de la prairie, qui devaient mettre un mois à disparaître, les abeilles prennent immédiatement une décision et la bonne. J’ai raconté l’histoire [1]. La décision est prise avec la rapidité de l’éclair, et aussitôt exécutée, véritable illumination qui se confond avec l’action elle-même. L’intelligence est incapable de cette soudaineté : il lui faut le temps de juger, c’est-à-dire d’analyser, de douter, de raisonner, et, au vrai sens du mot, elle n’improvise jamais.

Deux hommes de même âge, de même force, de même agilité tombent dans la rivière, ne sachant pas nager. Pendant la seconde que durent la chute et l’immersion, — moment où d’ailleurs l’idéation est très active, — l’un voit en images rapides la raideur de la berge, la profondeur de l’eau, la rapidité du courant, son incapacité. Chez l’autre une seule pensée remplit le champ psychique, la volonté de vivre. L’un coule à pic ;

  1. Revue, loc. cit.