Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 59.djvu/189

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LITTÉRATURES ÉTRANGÈRES

UNE GRANDE DAME ANGLAISE A BERLIN
1914-1918


AN ENGLISH WIFE IN BERLIN, par la princesse EVELYN BLÜCHER[1]


Le journal de la princesse Blücher fait en ce moment les délices de la société anglaise. Ce livre, plus que n’importe quel autre d’un écrivain professionnel, est un événement mondain qui fait depuis un grand mois le sujet de toutes les conversations. Il s’en est enlevé trois éditions en quelques jours. Il faut avouer qu’avec son charme et son absence de prétention, où l’on retrouve à chaque ligne la gracieuse séduction d’un clair esprit de femme, ce livre nous donne sur la guerre une note piquante qui manque aux aigres mémoires et aux plaidoyers bilieux des généraux vaincus. Il va sans dire qu’il ne contient sur les événements du conflit mondial aucune révélation importante, mais bien plutôt ce qu’on peut attendre de la conversation d’une femme intelligente, — de menus faits, des impressions, des anecdotes, des tableaux, ces mille choses impalpables qui échappent aux historiens et de quoi est faite pourtant la couleur de l’histoire. Ajoutez que l’auteur, appartenant au plus grand monde d’Angleterre et d’Allemagne, était placé

  1. 1 vol. in-8°, Londres, Constable, 1920.