Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 59.djvu/228

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Quoi qu’il en fût, le 15 à midi, la brigade de marins prenait place dans l’ensemble stratégique défini comme il suit :

Le front de l’Yser était tenu, à partir du Nord, par la 2e D. A. à Nieuport et Saint-Georges, par la 1re D. A. à Schoorbakke, par la 4e D, A. à Tervaete, par les marins à Dixmude. Les divisions d’armée 3, 5 et 6 se rassemblaient respectivement à Lampernisse, au Nord de la forêt d’Houthulst, et au Nord de Bixschoote. Enfin les deux divisions de cavalerie couvraient l’ensemble de la position, la 1re (général de Witte) entre Cortemarck, Staden et Roulers, la 2e (général de Monge) dans le Nord, avec repli par Nieuport.

La brigade de marins arrivait à Dixmude à l’effectif total de 160 officiers et 6 500 hommes environ, et se composait de deux régiments à 3 bataillons de 4 compagnies, et d’une compagnie spéciale de mitrailleuses à 8 sections. Le groupe Pontus, du 3e régiment d’artillerie de campagne belge, était à ma disposition depuis la veille.


* * *

Aussitôt entré dans la ville, je prends contact avec le lieutenant-général Michel qui me fait connaître notre mission. Nous devons tenir à tout prix les débouchés Est de Dixmude, jusqu’à ce qu’on ait terminé des transports de matériel important par les voies ferrées Nieuport-Dixmude et Dixmude-Furnes qui ont leur point de rebroussement à Caeskerke, à 1 kilomètre à l’Ouest de Dixmude. Une fois ces transports terminés, nous devrons défendre les débouchés Ouest de Dixmude, en ne laissant que des éléments de grand’garde à l’Est de l’Yser.

Aussitôt après notre entretien, le lieutenant-général me cède son quartier général de la rue d’Eessen, et rejoint sa division dans le Nord.

Après examen de la carte, je décide d’organiser notre position avancée sur une ligne courbe partant du carrefour au Sud du château de Woumen, passant à la cote d’Eessen, et se prolongéant sur la route de Vladsloo jusqu’au canal d’Handzaeme dont on tiendra le pont, ce qui représente un développement de 4 kilomètres environ. En conséquence, le bataillon de Kerros (2/1) occupe Eessen ainsi que les routes de Clercken et de Vladsloo, tandis que le bataillon Mauros (3/2) est poussé sur la région du château de Woumen. Les quatre autres bataillons et la compagnie