Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 60.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


C’est sur cette masse que s’exerça l’effort des orthodoxes allemands, dirigé par deux rabbins militaires, les docteurs Kohn et Karlebach. Une organisation fut créée sous le nom de Szlomeh Emuneh Israël ; elle ne compte dans ses rangs qu’un petit nombre d’intellectuels ; les chefs sont presque tous des rabbins, ou, plus exactement, des Zadies (prédicateurs). La population orthodoxe qui est restée en dehors de cette organisation demeure, comme par le passé, indifférente aux questions politiques. Le programme du parti peut se résumer ainsi : tolérance religieuse et économique (c’est-à-dire suppression du boycottage) ; les communautés juives doivent rester séparées de la population chrétienne et conserver leurs institutions particulières : enseignement religieux, cheders, etc.. L’organe officiel du parti est le journal der Jud (le Juif). Aux élections générales et administratives, les orthodoxes organisés ont recueilli de 20 à 40 pour 100 des suffrages israélites.

Les Sionistes orthodoxes, qu’on appelle aussi Mizrachie (orientaux), ont pour principe directeur la solidarité internationale des Juifs. Dans les questions politiques, ils sont entièrement soumis à la grande organisation Mizrachie, dont la diffusion et l’influence sont considérables en Hollande, en Allemagne et aux États-Unis. Ils se recrutent surtout parmi la bourgeoisie et le petit commerce. Aux élections, ils ont obtenu 8 pour 100 des voix juives.

L’Organisation Sioniste de Pologne est beaucoup plus importante ; elle réunit des Juifs de toute catégorie : grande et petite bourgeoisie, intellectuels et fonctionnaires, et son état-major garde soigneusement le contact avec la masse populaire. Les deux articles essentiels du programme sont :

1° formation de l’Etat juif en Palestine ;

2° autonomie nationale personnelle des Juifs en Pologne.

C’est de cette seconde revendication que procèdent les plus graves malentendus entre Juifs et Polonais ; ceux-ci s’opposent de toutes leurs forces aux restrictions apportées à la souveraineté de l’Etat par le fameux « traité de Minorité, » dont les sionistes furent les auteurs principaux. L’organisation sioniste de Pologne est très vigoureusement soutenue par le sionisme international et reçoit des Juifs d’Angleterre et des États-Unis d’importants secours matériels. Le parti a réuni de 35 à 45 pour 100 des suffrages et envoyé quatre députés à la Diète.