Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 60.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Thiers


Thiers, même sans tenir compte de son rôle historique, Thiers considéré dans ses idées et ses écrits, est très intéressant à étudier. Ce ne fut pas un grand penseur, ni même un grand théoricien politique ; mais ce fut un observateur sagace des faits sociaux à une certaine date. Il eut une pensée générale qui n’alla pas plus loin qu’à un siècle, mais qui, dans cette limite, fut très nette et arrêtée. Il n’eut pas un système, mais il eut un programme. Et ce programme fut lucide et fixe, très fortement appuyé sur la connaissance précise des faits historiques qui se sont produits depuis le milieu du XVIIIe siècle jusqu’en 1830. Thiers représente l’esprit moyen de la bourgeoisie française au XIXe siècle, et la manière dont la bourgeoisie française au XIXe siècle a compris la Révolution française de 1789 et ses conséquences, sans être tombé du reste dans les préjugés que cette Révolution a fondés pour un temps dans l’esprit de la plupart des Français. In bourgeois de France, très instruit, bon historien, peu chimérique, partisan de 89, admirateur inquiet du premier Empire, cherchant comme, après ces deux grandes