Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 60.djvu/351

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Deux années de l’histoire religieuse de Révolution 1796-1797


II [1]
QUATRE MOIS DE RÉPUBLIQUE LIBÉRALE


I

On a vu les catholiques, pendant l’année 1796, travaillant, pièce à pièce, à leur affranchissement. En cette lutte, un grand espoir les soutenait. Aux termes de la Constitution, le Corps législatif, c’est-à-dire le Conseil des Cinq Cents et le Conseil des Anciens, devait, au printemps de 1797, se renouveler par tiers. Que ce nouveau tiers fût choisi parmi les modérés ; et du même coup, la majorité se déplaçant, la liberté des cultes, depuis si longtemps souhaitée et poursuivie, pourrait devenir réalité.

L’ardeur du combat se proportionna à l’importance de l’enjeu. Contre le Directoire on aurait pu formuler bien des accusations : les finances en désordre, les routes peu sûres, les services de bienfaisance ou d’instruction désorganisés. Entre toutes les revendications, une se dégage, émergeant au-dessus de toutes les autres, celle de la liberté religieuse. « Nous voulons, disent les paysans, nos églises, nos presbytères, nos prêtres. » Jamais mandat impératif ne fut plus nettement tracé.

Vers l’époque de la Pâque qui se célébrait cette année-là le

  1. Voyez la Revue du 15 octobre.