Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 60.djvu/560

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


C’est de ces riens que se fait le tout
De leur histoire et de notre histoire.
Ici, là-bas, même vie !
Au bout, Il en sortira la victoire.

Quand donc, au sein de nos Instituts,
En ces gens-là rendra-t-on, ô France,
Hommage à tes deux grandes vertus,
L’humble courage et l’endurance ?


LE BLUET


Colosses de Poméranie
Près d’un petit bluet gaulois,
C’est l’emblème de nos exploits
Qui fleurit dans cette ironie.

Vous êtes cinq, six, dix, un tas,
Géants, peut-être de la Garde ;
Et c’est lui qui, fier, vous regarde,
Le petit, et de haut en bas.

Vous avez crié Kamarade !
Il vous a faits prisonniers, oui.
A lui la gloire ! A vous l’ennui !
Et chacun en prend pour son grade.

Il est mince et vous êtes gros ;
N’empêche qu’il est votre maître.
Dame ! Pas plus au poids qu’au mètre
Ça ne se jauge, les héros !

Chez nous l’héroïsme est précoce ;
Et vos yeux baissés sous les siens
Vous font de tout petits Prussiens
Près de lui, grand Français, ce gosse !


LE TRIOMPHE DU POILU


Il a passé sous l’Arc de Triomphe, en vainqueur,
Mais sans orgueil au front, quoique la joie au cœur.