Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 60.djvu/567

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Nous avons changé de réseau ; un nouvel inspecteur nous accompagne. Les chemins de fer des États-Unis sont la propriété de plusieurs centaines de Compagnies rivales ; en sorte que, pendant notre tournée, nous voyagerons tous les deux jours sur les rails de Compagnies différentes.

Aujourd’hui M. Cox a prononcé une dizaine de discours. Quel métier ! Le soir après son dernier meeting, il lui faut travailler jusqu’à une heure avancée de la nuit. Parfois, vaincu par la fatigue, il s’endort entre deux stations ; M. Morris le réveille dix minutes plus tard et lui dit : « Gouverneur, nous sommes arrivés à X… Ils vous attendent sur le quai… » Alors M. Cox se lève, paraît sur la plateforme, sourit, agite familièrement ses bras en guise de bienvenue et recommence son apostolat en faveur de la Société des Nations.

Hier un incident typique s’est déroulé dans la petite gare de Salem. En approchant de la station, le mécanicien s’aperçoit que le disque est fermé. Il arrête le train et demande à l’aiguilleur pour quelle raison il a donné le signal d’arrêt obligatoire.

— Il n’y a rien de cassé, répond tranquillement l’employé : les camarades voulaient simplement voir Jimmie…

Jimmie dut se lever et paraître en pyjama devant les électeurs satisfaits.


Springfield (Illinois), 10 octobre.

Nous avons franchi pendant la nuit la frontière de l’Illinois, et nous voici en vue de Springfield, ville de 60 000 habitants, où l’on vous montre avec orgueil la maison rustique et modeste qu’habita Abraham Lincoln et le monument sous lequel le grand président est enterré.

Aujourd’hui dimanche sera un jour de repos relatif pour le candidat démocratique. En arrivant à la gare, il déclare à la foule qui l’entoure :

« Mes compatriotes, il serait malséant de parler politique ce matin. Voici le jour du Seigneur, et nous sommes, nous autres Américains, respectueux des principes de notre religion. Allez à l’office divin. Moi, je rendrai hommage aux cendres d’un grand homme qui honora jadis le parti républicain, au temps où ce parti avait encore des principes justes et humains, dans la plus vaste acception du terme. Mes compatriotes, je vous remercie de votre accueil et vous souhaite le bonjour. »

En fait, la journée du gouverneur consistera à conférer avec