Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 60.djvu/704

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sœur du Roi, m’ont beaucoup parlé de Cinq-Mars et de mes ouvrages avec beaucoup de grâce. La famille est charmante de manières et les enfants de figure. Le Roi a de la dignité dans le visage comme dans les façons ; sa figure tient de Louis XIV et ses façons d’un paysan parvenu.

Le 30 octobre, j’ai terminé un drame en cinq actes : La Maréchale d’Ancre, commencé le 2 août de cette année. J’y travaillais par bouffées et par caprices. Je l’ai fait pour Mme Dorval ; je la crois la première tragédienne existante. C’est une femme de vingt-neuf ans, passionnée et spirituelle.


14 novembre.

Je continuerai Eloa ainsi :

Eloa est condamnée à animer successivement les corps de l’Esclave de l’antiquité, du Serf du moyen-âge, du Salarié moderne ; et toujours Eloa, au moment de l’affranchissement, ne peut en jouir et meurt pour retourner dans les bras de l’immortel malheureux.

Enfin elle est mon âme et souffre.


21 novembre.

Je commence un drame de Madame Roland, en attendant qu’on joue la Maréchale d’Ancre, et pour compléter mon idée en donnant à la fois un exemple d’assassinat juridique par la Cour et d’assassinat juridique par le peuple.


26 novembre.

Ld. m’est venu voir. Il m’a donné des particularités sur sa belle-mère. — Louis XVIII avait fait un testament en sa faveur et en celle de M. Decazes. — Charles X, en le voyant, le déchira. Mme du C… l’alla voir et lui montra un papier de Louis XVIII, qui faisait le Duc d’Orléans exécuteur de ses volontés.

Charles X fit tant qu’il l’obtint d’elle. Elle eut la faiblesse de le lui laisser ; il ne le rendit pas et, au lieu de lui donner le legs de Louis XVIII, il ne lui donna, dit Ed… qu’une pension de soixante mille francs par an qu’elle vient de perdre.


Décembre.

Je m’occupe de la Doctrine de Saint-Simon…

Ses élèves sont surtout des économistes habiles et font les religieux pour séduire les artistes ; ceux de Bazard-Enfantin sont