Page:Revue des Deux Mondes - 1921 - tome 65.djvu/145

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la plus grande partie des hommes vont à la messe et font leurs Pâques ; dans l’Autunois, c’est seulement la moitié des femmes et un quart des hommes ; dans le Châlonnais, et le Maçonnais, pays de vigne, grande indifférence. Dans telle portion du diocèse d’Aix (Bouches-du-Rhône) la pratique de la communion pascale est générale, les abstentions sont une petite minorité ; dans telle autre portion, c’est tout le contraire. Dans les diocèses de Lyon et de Saint-Étienne, les pays de montagne, Tarare et les environs, sont des centres de traditionalisme religieux ; de même, dans les campagnes de la Loire, la grande majorité des hommes et des femmes va à la messe et fait ses Pâques ; le Beaujolais au contraire est indifférent, comme l’agglomération lyonnaise ; on veut seulement le prêtre avant de mourir.

Le diocèse d’Angers compte cinq arrondissements : Segré et Cholet où les pratiques religieuses sont générales ; Baugé et Saumur où elles le sont beaucoup moins, surtout les parties qui confinent à la Touraine et à la Sarthe, Angers enfin qui tient le milieu entre les deux états. A Moulins qui, sur 300 communes, possède 157 écoles libres, et où pourtant l’effectif des hommes et jeunes gens pratiquant au-dessus de seize ans n’est que de 18 à 20 pour 100, la population religieuse est groupée surtout dans les paroisses montagneuses, confinant à l’Auvergne et à la Loire. Le diocèse de Pamiers (Ariège) compte aussi 300 paroisses sur lesquelles il n’en est que 20, — dix petites et dix grandes, — où la majorité des femmes n’assiste pas à la messe ; mais dans un tiers du diocèse, où les hommes, en majorité, font leurs Pâques, les préceptes de l’Eglise sont beaucoup plus observés que dans les deux autres tiers. Dans le diocèse de Carcassonne (Aude), l’un des plus indifférents qu’il y ait en France, l’arrondissement de Castelnaudary possède cependant une majorité d’hommes pratiquants.

Dans la Haute-Loire : arrondissement de Brioude, peu de monde à la messe, un maigre noyau pour les Pâques ; arrondissements du Puy et d’Yssingeaux, le plus grand nombre, sans distinction de sexe, assiste à la messe et fait ses Pâques. Là où le protestantisme est le plus répandu, la ferveur des catholiques n’en paraît nullement influencée dans un sens ou dans l’autre ; tel diocèse, comme La Rochelle, étant assez tiède et tel autre, comme Albi, fort attaché à sa foi. Même, dans chacun de ces diocèses, d’un arrondissement, d’un canton à l’autre, la qualité