Page:Revue pour les français, T1, 1906.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
8
REVUE POUR LES FRANÇAIS

revendications actuelles. Quelques milliers de meneurs et plusieurs millions de litres d’eau-de-vie ont fait tout le mal. Après avoir largement contribué à déchaîner la tempête sur son pays, l’un de ces meneurs, le pope Gapone laisse apercevoir dans les réflexions d’exil dont un journal parisien a recueilli l’écho toute l’insuffisance de son esprit et la naïveté de ses combinaisons. Le chaos seul pouvait sortir d’une entreprise conçue et conduite par de pareils hommes. On tend naturellement chez nous à évoquer les souvenirs du drame dont la France fut le théâtre à la fin du xviiie siècle, mais la comparaison est inexacte. Dès le premier jour en France un pouvoir se dressa, rival de celui du roi et destiné, à moins d’un accord improbable, à le supplanter. Une situation similaire n’existe ni ne peut exister actuellement en Russie et, à moins d’une défaillance des autorités, le rétablissement final de l’ordre ne saurait faire de doute ! C’est alors que commenceront les difficultés durables car, si l’on ne veut plus de la formule autocratique, il en faudra trouver une nouvelle et ce n’est pas assurément le parlementarisme occidental qui en fournira les éléments. Recourir au suffrage universel, quelle bouffonnerie pour un empire de 125 millions d’habitants dans lequel la proportion des illettrés atteint 78 pour 100. En vérité, c’est encore Kosma Minine qui détiendrait le vrai remède. Lui seul pourrait, après avoir découragé les professionnels de l’anarchie et rompu la grève, rendre au pays le calme et la paix… en s’en retournant tranquillement à sa boutique. Seulement, le temps presse, car le seul résultat obtenu jusqu’ici par les misérables instigateurs des grèves, c’est l’approche d’une famine terrible et le sang coulera en proportion du pain qui manquera.

Un ministre ouvrier.

M. John Burns est devenu ministre du roi Édouard et cela ne paraît pas plus devoir gêner le roi Édouard que M. John Burns. Ce que c’est tout de même, pour un peuple, que de savoir mettre the right man in the right place ! M. John Burns considère que le roi Édouard est à sa place sur le trône d’Angleterre et le roi pense que M. John Burns n’est nullement déplacé au poste de secrétaire du Board of Trade, c’est-à-dire de ministre du travail et de l’industrie. Né en 1858, chef de la grève des Dockers en 1889, resté ouvrier jusqu’à son élection à la Chambre des Communes en