Page:Revue pour les français, T1, 1906.djvu/358

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
258
REVUE POUR LES FRANÇAIS

même celle de sa seconde femme. En dernier lieu il érigea en principauté la petite lie (cinq kilomètres sur trois) de la Trinidad sise au large de Rio de Janeiro. Il réclamait un cautionnement préalable de 10.000 francs de chacun des colons qu’il cherchait à attirer par des promesses fallacieuses mais personne ne se présenta. Le prince de la Trinidad se suicida à El paso en 1898.

Harden Hickey du moins se trouvait ainsi n’avoir ruiné que lui-même tandis que le marquis de Rays fondateur de cette colonie de Port Breton qui inspira à Daudet son troisième Tartarin ruina et perdit beaucoup de monde. Ce crapuleux personnage pour lequel M. de Villiers marque une indulgence incompréhensible expédia en Océanie de nombreuses victimes attirées dans le piège par les convictions catholiques dont M. de Rays faisait grand étalage. L’auteur de cette vilaine histoire ne récolta en fin de compte que 4 ans de prisons et 3.000 francs d’amende. C’était peu. Il chercha sur la fin de ses jours à vendre comme produit pharmaceutique de la poussière de granit breton. Cette étrange médecine, la foi aidant, opéra quelques guérisons.

Charles Marie de Mayrena qui vers 1887 se proclama roi des Sedangs, petite peuplade de l’Annam avait toute l’imagination et toute l’absence de scrupules nécessaires pour accomplir d’aussi notables exploits, mais les circonstances ne lui furent pas favorables ; il dut se borner à confectionner à son profit des traites portant de fausses signatures.

Deux projets

Tout le monde sait que le général Lallemand condamné par la Restauration pour son attitude pendant les Cent Jours conduisit au Texas un certain nombre de ses camarades de la Grande Armée et tenta d’y fonder avec eux une colonie qui s’appela le Champ d’asile ; tout le monde connaît d’autre part l’aventure du comte de Raousset Boulbon qui, attiré en Californie à l’époque de la découverte de l’or et n’y ayant pas réussi, s’avisa en 1852 de conquérir la riche province mexicaine de Sonora, équipée qui se termina par la capture et l’exécution du moderne conquistador. Mais on ignore généralement que des arrière pensées de fidélité dynastique se soient dissimulées derrière ces actes. Ami personnel du duc d’Aumale, Raousset Boulbon forma-t-il vraiment le plan de lui préparer sur la côte du Pacifique un trône exotique ? La chose reste douteuse. Il