Page:Richepin - La Chanson des gueux, 1881.djvu/252

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
215
nous autres gueux

Ou l’âpre passion ou la franche gaîté,
Si vous vous sentez pris aux mailles de la rime,
C’est tout ! Vous n’oserez vraiment nous faire un crime
Des mille petits rien que verront les railleurs.
C’est dans vos cœurs que sont nos décors les meilleurs.

Je vous ai fait, Messieurs, des aveux très honnêtes ;
Tenez-m’en compte. Allons, essuyez vos lorgnettes ;
Allumez dans vos yeux un indulgent flambeau ;
Tâchez, ce qui se sera laid, de le voir en beau.
Songez que cette chose aura ceci pour elle
Qu’elle est hardie et jeune, et quelque peu nouvelle.
Donc, soyez bons !

Critiques influents tout c Et vous, ô rois, ô potentats,
Critiques influents tout couverts d’attentats,
Ô tigres que la presse abrite dans ses jungles,
N’aiguisez pas vos crocs, n’allongez pas vos ongles,
Et, comme de bons chats faisant un gros dos rond,
Sans trop vous endormir pourtant, faites ronron.