Page:Richer - Anatomie artistique, 1.djvu/272

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
260
MORPHOLOGIE.

tangente au menton. La deuxième division répond aux mamelons ; la troisième, en avant, au nombril ou un peu au-dessus, et en arrière, à la limite supérieure des fesses. La quatrième, qui coupe, en avant, les organes génitaux à leur partie inférieure, est située en arrière, juste au niveau du pli fessier.

Le membre inférieur comprend également quatre longueurs de tête, à partir du sol jusqu’au milieu du pli de l’aine qui répond à l’articulation coxo-fémorale. Mais ces deux mesures, tronc et membre inférieur, chevauchent l’une sur l’autre d’une demi-tête, ce qui donne comme hauteur totale de la figure sept têtes et demie et ce qui place le milieu de la figure à mi-distance de la limite inférieure du tronc et de la limite supérieure de la jambe, à un point qui correspond au bas du pubis.

Richer - Anatomie artistique, 1 p. 260.png

PARTIES DU CORPS AYANT COMME COMMUNE MESURE DEUX TÊTES

Les subdivisions du membre inférieur se répartissent ainsi du sol à l’interligne articulaire du genou, deux têtes ; de ce point au dessus du grand trochanter, à la hauteur du milieu du pli de l’aine, deux têtes. Ces points de repère nous ont paru précieux, parce qu’ils sont fixes, appartenant au système osseux, et qu’ils peuvent servir aussi bien sur le membre fléchi que sur le membre étendu. L’interligne articulaire du genou est toujours facile à déterminer, aussi bien dans la flexion que dans l’extension. On trouvera au chapitre qui traite des formes extérieures du genou tous les détails nécessaires à ce sujet. La longueur de la cuisse ne variera pas, puisque les points de repère appartiennent au même os ; dans la mesure de la jambe prise de la limite supérieure du tibia à la plante du pied, il sera toujours facile de faire la part des changements qui pourraient résulter des mouvements du pied[1].

  1. M. le colonel Duhousset, dans une étude récente sur les proportions du corps humain (in Rev. d’anthropologie, n° 4, 1889), donne à peu près la même mesure, en signalant la longueur du fémur comme étant égale au tibia augmenté de la hauteur du pied.