Page:Richet - Traité de métapsychique.djvu/375

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


MONITIONS DE MORT 363

L'acte de décès de Mountain Jim indique qu'il est mort à Fort Collius (Colorado) le, 7 septembre 1874, à 3 heures de l'après-midi, heurequi corresponde 10heuresdumatin,à Interlakeu. Mad. Bishop ne dit pas si cette vision a eu lieu le 7 ou le 8 septembre. Si c'est le 8 septembre, la vision a suivi la mort de vingt heures; si c'est le 7 septembre, la vision a précédé la mort de quatre heures.

Mad. Stella l , âgée alors de dix-sept ans, voit entrer dans sa chambre un jeune ami de même âge qu'elle, son camarade assez intime. « La porte s'ouvre, écrit-elle, et je le vois entrer. Je me lève pour lui pousser un fauteuil près du feu, car il paraissait avoir froid et il n'avait pas de manteau, bien qu'il neigeât. Je me mis à le gronder d'être sorti sans se bien envelopper. Au lieu de répondre, il met la main sur sa poitrine et sur sa tête. Je parlais encore, quand le D r G... entra et me demanda à qui je parlais. « Voici, dis-je, cet « ennuyeux garçon sans manteau, avec un si mauvais rhume qu'il ne ((peut parler. Prêtez-lui donc un manteau et renvoyez-le chez lui. » Jamais je n'oublierai l'horreur et la stupeur peintes sur la figure du docteur ; car Bertie venait de mourir depuis vingt minutes à peine. J'avais entendu tourner le bouton de la porte et ouvrir la porte. La figure marcha dans la pièce, et s'assit, pendant que j'allumais les bougies. L'apparition n'a pas duré tout à fait cinq minutes. »

Le Rév. Field 2 , en Nouvelle Zélande, étant endormi, s'entend appeler : « HarryI Harry! » Il reconnaît avec une netteté absolue la voix de sa mère (qui l'appelait cependant, en général, Henry et non Harry...) C'était le 28 novembre 1873. A ce même moment, étant donnée la différence de longitude, mourait à Londres la mère du Rév. Field, qui, en mourant, sur son lit de mort, répéta plusieurs fois « Harry ! Harry ! ».

Le récit suivant a été recueilli par un peintre illustre, A. Besnard. Il n'est que de troisième main , et par conséquent ne doit être accepté qu'avec une extrême méfiance. Le 13 juillet 1842, Mad. B..., très malade, mourante, à midi, se réveille en sursaut et s'écrie : « Quel

1. A. S. P., 1892, II, 17S.

2. A. S. P., 1892, H, 175.

�� �