Page:Rictus - Les Soliloques du pauvre, 1903, 5e éd.djvu/214

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Eun’ fois j’ai cru que j’ me mariais
Par un matin d’amour et d’ Mai ;