Page:Rictus - Les Soliloques du pauvre, 1903, 5e éd.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Dormir alors... ah ! j’ dormirai
L’instant où j’ la rencontrerai !
Oh ! là là, qué coup d’ traversin :
(Le tsar y s’ra pas mon cousin !)


Dormir... dormir, jusqu’à Midi !
Qu’a soye putain, qu’a soye pucelle,
Le blair’ dans l’ poil de son aisselle
Comme un moignieau qui rentre au nid !


Sûr qu’a s’ra franch’, gironde et bonne,
Son cœur y s’ra là pour un coup,
Et ses tétons y s’ront si doux
Que j’ la prendrai pour eun’ daronne.


Et loin des gonciers charitables,
Des philanthrop’s... des gas soumis,
J’aurai d’ la soup’, du rif, eun’ table
Et du perlo pour les z’amis.