Page:Rictus - le Cœur populaire, 1920.djvu/123

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Louis, tu sais, faut que j’ te confesse ;
De d’pis un an,... d’pis... ton histoire
j’ suis pus tournée qu’aux idées noires
et j’ai l’ cœur rien qu’à la tristesse.


Aussi preusent j’ suis tout’ sangée,
j’ suis blanchie, courbée, ravagée
par la honte et par le tourment ;
si tu pourrais m’ voir à preusent
tu m’ donn’rais pus d’ quatre-vingts ans.


Et pis j’ai eu ben d’ la misère,
(ça m’a fait du tort tu comprends !)


Quand qu’on a su qu’ j’étais ta mère,
j’ai pus trouvé un sou d’ouvrage,
on m’a méprisée dans l’ quartier
et l’a fallu que j’ déménage.