Page:Rictus - le Cœur populaire, 1920.djvu/93

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Quiens, tette un coup..., v’là eun’ bouteille,
attends..., c’est d’ la fin’ « Grand Marnier » ;
allons Julot, voyons ma vieille,
hardi ! du cœur et du pognet.


Na ! maint’nant trott’ su’ la carpette
en douce,... enlève tes... escarpins ;
pas par là, c’est la sall’ de bains,
où qu’ tu crois qu’y carr’nt leurs pépettes,


Avance, y va falloir gratter,
on n’en est encor qu’au prologue ;
pas par là non pus, c’est les gogues !
Ben mon pot’, t’ es rien effronté !


Non ! Allum’-moi leur gueulard’rie
(ah ! on n’est pas chez des biffins !)
Les vach’s ! ça croût’ dans l’argent’rie
pendant qu’ l’ Ovréier meurt de faim !