Page:Rimbaud - Reliquaire, poésies, Genonceaux, 1891.djvu/5

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


SUR

ARTHUR RIMBAUD

__________

Sous ce titre : « Enquêtes littéraires » j’aimerais à publier de temps à autres — au hasard de mes bonnes fortunes d’inlassable curieux, — telles ou telles trouvailles, rares plus ou moins, mais aptes en tout cas, d’illuminer d’un peu de clarté nouvelle quelques-unes des Personnalités qui, parmi les écrivains de ce siècle mourant, m’attirent et m’intéressent soit qu’elles me plaisent, soit qu’au contraire elles ne me paraissent dignes d’attention, qu’en temps qu’anomalées. Peut-être va-t-on lire que je « documente, » et c’est, tout juste, le cadet de mes soucis : Non ! simplement et pour satisfaire à mon seul besoin, orgueilleux sans doute, d’être renseigné mieux que tout autre sur trois, quatre ou plus de Ceux-là qu’on oublie si on ne les ignore, oui,