Page:Ringuet - L’héritage, 1946.djvu/147

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

147
le bonheur

d’heureux qu’on allait arracher à leur mirage pour les rejeter dans la géhenne du réel !

L’idée du devoir l’envahit comme une marée grondante. Il connut la joie âcre du sacrifice qui va s’accomplir.

Un taxi le conduisit en quelques minutes chez le Maître qui, par hasard, vint lui-même ouvrir la porte. Le couteau, glissant sur une côte, manqua le cœur, mais déchira le poumon.