Page:Roberts-Jones - Couleurs d'un éveil, 2010.pdf/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et tous les morts du souvenir
refont surface au loin
traduits des profondeurs

lac dont nulle marée
ne trouble les reflets
cache tous ses récits d’échec
le brouhaha du peuple
dérive puis s’efface

au tréfonds tout se mêle
résorbe les discours
purge le mot de ses trop-pleins

13