Page:Rochegude - Promenades dans toutes les rues de Paris, 1.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
18
PROMENADES DANS TOUTES LES RUES DE PARIS.

vernement. Le peintre Bon Boulogne mourut dans une maison de la place en 1717. Necker y habita, comme ministre de la République de Genève. Ducos était au 5 en 1793. Cabanis au 8 (ancien) en 1771. Vergniaud logeait au 7 (ancien). Le marquis de Marigny, frère de la Pompadour, habita la place. Son beau-père, M. Filleul, à qui le marquis venait de refuser un service d’argent, se tua devant l’hôtel de son gendre.

25. Là se trouvait avant la Révolution le Dépôt des Anciennes Chartes et Monuments historiques, établi par le garde des sceaux de Miromesnil. L’historiographe Moreau (1787). Appartenait en 1886 au comte de Beaussier.

23 et 21. Pierre Bullet, architecte, s’était réservé les terrains au nord de la Place. Il s’y construisit son hôtel. M. de Boullongne, intendant des ordres du Roi et plus tard contrôleur général, qui y fit peindre un salon par Lancret. Law. La maison de Law fut habitée par le trésorier Boucher, par Marquet de Montbreton, receveur général (1787). C’est le 23. La partie contiguë, c’est-à-dire le 21, passait à M. Dornay. L’Héritier de Brutelle, botaniste (1789). Marquis de Méjanes, bibliophile (1808). Le 21 appartenait en 1886 à M. le comte Pyrent de Laprade.

19. Ce pan coupé avait été acheté en 1700 par Rauch de Pennautier, trésorier des États du Languedoc, compromis dans l’affaire de la Brinvilliers. Acheté par Antoine Crozat, dit le Riche, qui y fit construire par P. Bullet un hôtel pour sa fille la comtesse d’Évreux. La maison de Mme d’Évreux fut occupée par les Crozat, par le maréchal d’Estrées, et plus tard par les écuries d’Orléans. Le comte de Cunha, ambassadeur du Portugal. Le banquier Pourra y était en 1787. Hôtel de