Page:Rodenbach - L’Élite, 1899.djvu/270

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




M. RAFFAELLI




M. Raffaelli est un exemple topique à l’appui de la théorie sur l’influence des milieux que Taine préconisa. Pour avoir habité longtemps Asnières, pour avoir vécu dans cette zone intermédiaire qui sépare les grandes villes de la pleine campagne, il se mit à peindre la banlieue et y trouva une voie féconde, neuve, indéfinie. Surtout que la banlieue parisienne est spécialement significative, émouvante, avec ses terrains nus, pelés, ravagés, comme si une bataille s’y était livrée. Et n’est-ce pas la frontière, en effet, où la Nature et la ville se joignent, se heurtent, luttent, se déciment l’une l’autre, au point qu’on ne sait, en fin de compte, laquelle des deux l’emporte ? Est-elle urbaine, cette région contaminée où les maisons se débandent, où les rues meurent inachevées ? Est-elle rurale, cette terre dont l’herbe est rase, les arbres malingres, les champs jonchés de détritus et habillés de la fumée noire des usines ?

Mais, pour un peintre, quel caractère dans