Page:Rodenbach - L’Élite, 1899.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


d’ouvrages personnels. Ce fut le récit même de la mort de Jules, dans le Journal d’un pathétique qui tire les larmes, d’une évocation qui va jusqu’aux nuances de l’agonie sur le visage, jusqu’aux reflets des cierges et des roses mortuaires dans les miroirs. Ce fut encore ce livre exquis : la Maison d’un Artiste, écrit en un style qui se pique au jeu, s’exaspère, lutte contre les modèles, se colore en estampes japonaises, s’affine ou se trame en bijoux et en tapisseries du XVIIIe siècle. Enfin ce furent quatre admirables romans nouveaux : La Faustin, Chérie, la Fille Élisa, et surtout les Frères Zemganno, où se raconte allégoriquement la vie des deux écrivains. On peut démêler ainsi le mystère de leur collaboration. Ces deux clowns, dont l’un rêve « un nouveau tour », que le plus jeune exécute jusqu’à ce qu’il s’en tue, c’est eux-mêmes. Pour Nello il n’y avait rien de bien que ce que faisait Gianni. Car Nello, l’aîné, avait la plus grande part dans la réflexion et l’action intellectuelle. Le second se distinguait par un « balancement plus grand de la pensée dans le bleu, plus bohémien de la lande et de la clairière et, par cela, plus poète, mais plus paresseux d’esprit ».

Précieux renseignement. Nous avions le secret désormais de cette association de deux hommes, l’un plus réfléchi, plus cérébral ; l’autre plus