Page:Rodenbach - La Jeunesse blanche, 1913.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MYSTICISME


 
À ses yeux purs, je veux n’offrir
Que des choses douces et blanches ;
Résumant ce qui peut fleurir
De fleurs pascales sur les branches.

Je rêve tout ce qu’il y a
De plus délicat autour d’elle,
Des blancheurs de magnolia
Et des hymens de tourterelle.

Car son âme au parfum troublant,
Sa grande âme que je devine
Est aussi comme un bouquet blanc
Fleuri dans la serre divine.