Page:Roland Manon - Lettres (1780-1793).djvu/778

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sommes un peu comme l’oiseau sur la branche, et il faut convenir que jamais protection auprès de M. de Brienne ne serait plus nécessaire. Vous savez que j’ai écrit à Lanthenas sur ce sujet ; je désirerais bien que le personnage dont il nous a précédemment parlé fût dans le cas d’agir comme je lui ai indiqué.

Mandez-nous ce qu’on dit, ce que vous apprenez ; notre voyage de Suisse est au croc et je ne sais plus ce que nous ferons ; nous sommes le bec dans l’eau, comme bien d’autres.

S’il arrivait une réforme et qu’elle tombât sur nous, ménagez-moi force connaissances, car je cours à Paris subito et j’y fais le diable, si je puis. Il faut des moyens pour lutiner, préparez-moi donc des diablotins par provision.

Trente-quatre années de services, plus de travail, de savoir et d’intégrité qu’aucun de ses confrères : voilà de beaux titres ; mais point de patrons ni de prôneurs ; une femme de passé trente ans qui est sage et point jolie, ou qui ne l’est plus, si vous voulez ; voilà de pauvres ressources ! Avisez donc aux meilleures.

Ci-joint une lettre que je vous prie d’expédier d’abord, parce que c’est le souhait d’une bonne fête de Saint-Pierre[1] et qu’il n’y a pas une minute à perdre. Mais, temps ou non, envoyez-la toujours.

Que fait notre ami Lanthenas ? Si vous ne mettez pas en jeu votre intrigant, si vous ne réussissez point selon le plan que j’ai tracé, je vous… Je ne veux pas dire, car les imprécations des femmes sont effroyables, et il vaut bien mieux qu’elles amadouent leur monde.

J’arrive du Clos depuis avant-hier au soir, ou plutôt je suis arrivée lasse comme un chien qui revient de la chasse et faisant mille choses qui ne délassent point. Mon bon ami est parti ce matin pour Lyon d’où je l’attends à la fin de la semaine.

    qu’elle ne doit en effet rouler que sur un seul homme… »


    En tout cas, les changements opérés pouvaient en faire craindre d’autres, notamment la suppression des inspecteurs, réclamée depuis longtemps au nom de la liberté de l’industrie. — On était loin des espérances du mois d’avril !

  1. Probablement celle de Pierre Roland, le curé de Longpont.