Page:Rostand - Cyrano de Bergerac.djvu/37

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
37
PREMIER ACTE.

Le vicomte.

Mais, monsieur…


Cyrano.

Mais, monsieur…Je n’ai pas de gants ?… La belle affaire !
Il m’en restait un seul… d’une très vieille paire !
– Lequel m’était d’ailleurs encor fort importun :
Je l’ai laissé dans la figure de quelqu’un.


Le vicomte.

Maraud, faquin, butor de pied plat ridicule !


Cyrano, ôtant son chapeau et saluant comme si le vicomte venait de se présenter.

Ah ?… Et moi, Cyrano-Savinien-Hercule
De Bergerac.

(Rires.)


Le vicomte, exaspéré.

De Bergerac.Bouffon !


Cyrano, poussant un cri comme lorsqu’on est saisi d’une crampe.

De Bergerac.Bouffon ! Ay !…


Le vicomte, qui remontait, se retournant.

De Bergerac.Bouffon ! Ay !…Qu’est-ce encor qu’il dit ?


Cyrano, avec des grimaces de douleur.

Il faut la remuer car elle s’engourdit…
– Ce que c’est que de la laisser inoccupée ! —
Ay !…


Le vicomte.

Ay !…Qu’avez-vous ?


Cyrano.

Ay !…Qu’avez-vous ? J’ai des fourmis dans mon épée !


Le vicomte, tirant la sienne.

Soit !


Cyrano.

Soit ! Je vais vous donner un petit coup charmant.