Page:Rouquette - L'Antoniade, 1860.djvu/171

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


DÉDICACE.

----

À Catherine Tégahgouïta,
Vierge Iroquoise-Algonquine.

----

 
La fleur dans le désert, la fleur dans la prairie,
Sans que pour la cueillir une main l’ait flétrie,
Ainsi qu’un encensoir, au rayon matinal,
Exhale son parfum suave et virginal.
 Ô Tégahgouïta, douce Fleur Indigène,
En ta vie et ta mort, austèrement chrétienne ;
Toi, dont le cœur sans tache, en sa sérénité,
Fut ébloui du lys de la virginité ;
Toi dont l’âme a compris, a force d’être pure,
Cette vertu de l’ange, — effroi de la nature ; —
Dont l’âme, avant la foi, par instinct a compris
De la virginité l’évangélique prix,
Vertu qui, dans son vol, au ciel emportant l’âme,
En la couronnant reine, angélise la femme !
O bonne Catherine, ô Tégahgouïta,
Geneviève du Nord, que le ciel écouta ;
Qui pris Dieu pour époux, à lui seul consacrée,
Et qui mourus d’amour et d’extase enivrée !
O vierge solitaire, enfant de nos déserts,
Comme un frère à sa sœur, je t’offre ici mes vers ;
Ces vers, où j’ai chanté la vie érémétique,
À toi je les dédie ; — oui, ce livre mystique,
Écrit dans le désert, où Dieu te visita,
Je t’en fais l’humble offrande, ô Tégahgouïta !
Abrite sous ton aile, ô vierge d’Amérique,
Contre un vulgaire esprit, mon poème ascétique ;
Et fais que dans quelque âme, épouse de la Croix,
Ton héroïque amour renaisse au fond des bois ;