Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t11.djvu/177

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Commençons par le premier abord. Je crus, sur les difficultés auxquelles vous m’aviez préparé, devoir premièrement lui écrire. Voici ma lettre, & voici sa réponse.

Le François.

Comment ! Il vous à répondu ?

Rousseau.

Dans l’instant même.

Le François.

Voila qui est particulier ! Voyons donc cote lettre qui lui a fait faire un si grand effort.

Rousseau.

Elle n’est pas bien recherchée, comme vous allez voir.

Il lit.

"J’ai besoin de vous voir, de vous connoître, & ce besoin est fondée sur l’amour de la justice & de la vérité. On dit que vous rebutez les nouveaux visages. Je ne dirai pas si vous avez tort ou raison : mais si vous êtes l’homme de vos livres, ouvrez-moi votre porte avec confiance ; je vous en conjure pour moi ; je vous le conseille pour vous. Si vous ne l’êtes pas, vous pouvez encore m’admettre sans crainte ; je ne vous importunerai pas long-tems."

Réponse.

"Vous êtes le premier que le motif qui vous amene ait conduit ici : car de tant de gens qui ont la curiosité de me voir, pas un n’a celle de me connoître ; tous croyent