Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t11.djvu/258

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


patriotes de cette Nation qui lui faisoit un devoir d’humanité des soins qu’il lui imposoit.

Enfin malgré la résolution qu’il avoit prise en arrivant à Paris de ne plus s’occuper de ses malheurs ni de reprendre la plume à ce sujet, les indignités continuelles qu’il y a souffertes, les harcellemens sans relâche que la crainte qu’il n’écrivît lui à fait essuyer, l’impudence avec laquelle on lui attribuoit incessamment de nouveaux livres, & la stupide ou maligne crédulité du public cet égard ayant lasse sa patience, & lui faisant sentir qu’il ne gagneroit rien pour son repos à se taire, il a fait encore un effort & s’occupant derechef malgré lui de sa destinée & de ses persécuteurs, il a écrit en forme de Dialogue une espece de jugement d’eux & de lui assez semblable à celui qui pourra résulter de nos entretiens. Il m’a souvent proteste que cet écrit étoit de tous ceux qu’il a faits en sa vie celui qu’il avoit entrepris avec le plus de répugnance & exécute avec le plus d’ennui. Il l’eut cent sois abandonne si les outrages augmentant sans cesse & pousses enfin aux derniers excès ne l’avoient force malgré lui de le poursuivre. Mais loin qu’il ait jamais pu s’en occuper long-tems de suite, il n’en eut pas même endure l’angoisse si son travail journalier ne fut venu l’interrompre & la lui faire oublier. De sorte qu’il y a rarement donne plus d’un quart-d’heure par jour, & cette maniere d’écrire coupée & interrompue est une des causes du peu de suite & des répétitions continuelles qui regnent dans cet écrit.

Après m’être assure que cette copie de musique n’étoit point un jeu, il me restoit à savoir si en effet elle étoit nécessaire