Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t11.djvu/405

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


dont il est le sujet n’est pas de ces impostures jettées au hasard qui sont un effet rapide mais passage, & qu’un instant découvre & détruit. C’est, comme il l’a senti lui-même, un projet médite de longue main, dont l’exécution lente & graduée ne s’opère qu’avec autant de précaution que de méthode, effacant à mesure qu’elle avance & les traces des routes qu’elle a suivies & les vestiges de la vérité qu’elle a fait disparoître. Pouvez-vous croire qu’évitant avec tant de soin toute espece d’explication, les auteurs & les chefs de ce complot négligent de détruire & dénaturer tout ce qui pourroit un jour servir à les confondre, & depuis plus de quinze ans qu’il est en pleine exécution n’ont-ils pas eu tout le tems qu’il leur faloit pour y réussir ? Plus ils avancent dans l’avenir, plus il leur est facile d’oblitérer le passe, ou de lui donner la tournure qui leur convient. Le moment doit venir ou tous les témoignages étant à leur disposition, ils pourroient sans risque lever le voile impénétrable qu’ils ont mis sur les yeux de leur victime. Qui sait si ce moment n’est pas déjà venu ? Si par les mesures qu’ils ont eu tout le tems de prendre, ils ne pourroient pas des-a-présent s’exposer à des confrontations qui confondroient l’innocence & seroient triompher l’imposture ? Peut-être ne les évitent-ils encore que pour ne pas paroître changer de maximes, &, si vous voulez, par un reste de crainte attachée au mensonge de n’avoir jamais assez tout prévu. Je vous le répete, ils ont travaille sans relâche à disposer toutes choses pour n’avoir rien à craindre d’une discussion régulière, si jamais ils étoient forces d’y acquiescer, & il me paroît qu’ils ont eu tout le tems & tous les moyens