Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t13.djvu/190

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DÉSAVEU De l’Académie de Dijon, au sujet de la Réfutation attribuée faussement à l’un de ses Membres, tiré du Mercure de France, Août 1752.

L’Académie de Dijon a vu avec surprise dans une lettre imprimée de M. Rousseau, qu’il paroissoit une brochure intitulée : Discours qui a remporté le Prix de l’Académie Dijon en 1750, accompagné d’une réfutation de ce Discours par un Académicien de Dijon qui lui a refusé son suffrage.

L’Académie sait parfaitement que ses décisions, ainsi que celles des autres Académies du Royaume ressortissent au tribunal du public, elle n’auroit pas relevé le réfutation qu’elle désavoue, si son Auteur, plus occupé du plaisir de critiquer que du soin de faire une bonne critique, n’avoit cru en si déguisant sous une dénomination qui ne lui est pas due, intéresser le public dans une querelle qui n’a que trop duré, ou tout au moins lui laisser entrevoir quelque semence de division dans cette Société, tandis que ceux qui la composent uniquement occupés à la recherche du vrai, le discutent sans aigreur & sans se livrer à ces haines de parti qui sont ordinairement le résultat des disputes littéraires.

Ils savent tous le respect qui est dû aux choses jugées, la forcé qu’elles doivent avoir parmi eux, & combien il feroit indécent que dans une assemblée de gens de Lettres, un particulier s’avinât de résulter par écrit une décision qui auroit passé contre son avis.