Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t13.djvu/355

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


seau qui suppose que j’ai été en Italie, & que j’y ai connu M. Tartini & ses expériences, se trouve copié mot à mot dans le supplément de l’Encyclopédie, Édition de Paris, à l’article Systême (Musique), c’est pour moi un nouveau motif de protester contre cette supposition, due sans doute à quelque mal-entendu, & de vous prier, Messieurs, de vouloir bien placer ce désaveu dans votre Édition des Œuvres de mon célebre compatriote : je l’aurois déjà mis moi-même ce désaveu dans mes Observations sur les Principes de l’Harmonie, imprimées à Geneve en 1763, si le Dictionnaire de M. Rousseau, imprimé en 1768, l’eût été six ou sept ans plutôt. J’ajouterai, & je le dois, que vu la maniere honnête dont M. Rousseau parle de mes Essais, &c. en divers articles de son Dictionnaire, & particuliérement à la fin du paragraphe même où se trouve la méprise en question, je suis bien persuadé qu’il a cru recommander mon ouvrage, en le faisant envisager comme contenant un systême fondé sur les expériences de deux musiciens aussi célebres que M. Tartini & M. Rameau. Mais l’Analyse critique du Traité de Musique de M. Tartini, laquelle forme la seconde partie de mes Observations sur les Principes de l’Harmonie, indique assez le peu d’avantage que j’aurois pu retirer des lumieres ou des expériences de ce célebre musicien de Padoue, si je l’eusse en effet connu avant l’impression de mes Essais.

Je suis, &c.
SERRE.