Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


& par une philosophie physique, mais par maniere simple d’histoire & par voie de fait, qui est ici la seule voie de droit. L’écriture & la religion n’ont rien de mieux spécifié que cela. Dieu fait l’homme parfait de corps, de cœur & d’esprit dans un beau paradis, destiné à un paradis encore plus beau, qui est Dieu même dans toute sa gloire, sa splendeur & ses délices. Encore Dieu ne le trouve-t-il pas assez bien, uniquement parce qu’il est seul, sans compagnie, sans aide & sans société.

Ah ! M. mon cher M. R., frémissez de la solitude sauvage où vous voulez nous ramener avec vous, loin de nous, loin de vous. Voilà l’oracle contre lequel je vous prie, je vous supplie & vous conjure de ne pas vous révolter. Non est bonum. Non est bonum hominem esse solum, solum, solum. Et puis, faciamus illi adjutorium simile sibi.

Or l’homme n’étoit pourtant pas absolument seul. Dieu étoit là d’abord. Il y avoir du reste une multitude innombrable de poissons, d’oiseaux, de reptiles, & sur-tout d’animaux, lions, éléphans, singes, chevaux, &c. tous parfaits en leur genre, variés à l’infini, & aux ordres d’Adam qui étoit leur maître, & comme leur Dieu sur la terre......Mais je m’apperçois que ma lettre peur vous ennuyer par son sérieux. Je suis, Monsieur, votre, &c.