Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/115

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


sociable pour vous ; ils ne sont peut-être pas aussi bêtes & animaux que vous les voulez, que vous les faites du moins : & réellement vous ne voulez pas qu’on juge des vôtres par ceux que nous avons sous les yeux. Vos sauvages sont isolés, & jettés au hasard pêle-mêle avec les bêtes dans les forêts. Les nôtres ont chacun PÈRE, mere, femmes, enfans, parens, amis & compatriotes, avec qui ils vivent en corps de village & de nation, en société de loix, de devoirs & d’intérêts, de guerre même & de paix & de religion.

“Ce n’est pas, dites-vous, un si grand malheur à ces premiers hommes, ni sur-tout un si grand obstacle à leur conservation, que la nudité, le défaut d’habitation & la privation de toutes ces inutilités que nous croyons nécessaires... Il est clair, ajoutez-vous, que le premier qui se fit des habits ou un logement, se donne en cela des choses peu nécessaires, puisqu’il s’en étoit passé jusqu’alors, & qu’on ne voit pas pourquoi il n’eût pu supporter, homme fait, un genre de vie, qu’il supportoit dès son enfance.”

Voilà, par exemple, un genre de philosophie, que comme philosophe, je n’ai jamais compris, & qui a pourtant comme prévalu en France depuis Descartes, & dont Newton ne nous a pas corrigé, de raisonner à perte de vue & avec affirmation sur des hypotheses évidemment, positivement fausses, & directement contraires à l’histoire la mieux reçue & aux faits les plus positifs, sans parler de la foi, de la tradition, de la religion. Et comment les Philosophes veulent-ils être crus, lorsqu’ils disent qu’ils cherchent la vérité.

Il est positivement faux, que le premier qui se fit des habits,